LA  RANCE.

LA BELLE RIA BRETONNE !

la plage de Dinard et ses alignements de tentes rayées blanche et bleue

Bretonne et fière de l'être...

Peut-être ne me connaissez-vous pas ?

Je me présente, La Rance, je suis une des plus belles Rias Bretonnes.

Née dans les monts du Mené ou je "jaillis" à 258 m d'altitude sur la commune de Collinée.

Ni bien grosse, ni bien rapide à ma naissance, je grandis pourtant assez vite grâce à l'aide de mes affluents dont le plus important est le Linon (35 km).

Au cours de mon périple, je n'arrose pas moins de 33 communes des Côtes d'Armor et 8 d’Ille-et-Vilaine.

Mes berges tantôt verdoyantes, tantôt minérales offrent de magnifiques chemins qui surprennent, à chaque méandre, le randonneur de points de vues magiques. 

Criques de roches, plages de sable, îles, presqu'îles, ports et mouillages abrités sont quelques uns de mes nombreux atouts appréciés des indigènes comme des touristes.

Mes eaux font les délices des pêcheurs à la ligne ou à pieds et des plaisanciers à voile ou à moteur...

Je coule paisiblement avant de me heurter 102 km en aval à une méchante muraille de béton.

Un barrage marémotrice pour une énergie propre qu'ils disent ! En attendant, en guise de propreté, mon estuaire s'envase et, pour rejoindre la Manche où je me jette, je dois d'abord me faire turbiner dans les groupes bulbes de l'edf...

Mon eau est douce, comme il se doit pour un fleuve côtier, mais je deviens saumâtre sur mes vingt derniers kilomètres, voire salée quand je défile fièrement entre les tentes  rayées blanches et bleues de la plage de Dinard et les majestueux remparts de Saint Malo.

Face aux remparts de Saint Malo, les pêcheurs à pieds à marée basse.

Devant les imposants remparts de Saint-Malo la corsaire, fourches, pelles, râteaux griffent et fouillent le sable à la recherche des praires, coques et autres palourdes à la basse mer.